fabrication additive

Risques liées à la fabrication additive

La forte croissance de la technologie de  l’impression 3D dans de nombreux secteurs engendre des risques professionnels en augmentation…

Découvrons dans cet article les principaux risques liés à cette technologie.

Les risques chimiques des impressions 3D

Lors de la polymérisation et de la transformation des matières plastiques, l’augmentation de la température et les imprimantes 3D ainsi qu’à leurs différentes technologies peuvent provoquer la libération de particules fines,  de poussières, de produits organiques volatils potentiellement dangereux et de gaz.

Ces émissions irritantes et toxiques engendrent des troubles respiratoires (dues à l’inflammation de la muqueuse nasale et bronchique), des risques de réactions allergiques, d’irritation des muqueuses oculaires, de troubles neurologiques pour certains opérateurs exposés fréquemment et à une période  prolongée aux imprimantes 3D.

Egalement, les composants allergènes et irritants allergènes (certains additifs et monomères) peuvent provoquer des dermatoses professionnelles.

Vous trouverez plus d’informations sur impression 3D métallique.

Les risques thermiques de la fabrication additive

  • Des brûlures peuvent être particulièrement causées par le contact avec les plateaux et les buses lors des périodes de réglage, montage et maintenance sans précaution, parce que la température descend d’une manière lente après l’impression.
  • Les surpressions provoquant des projections chaudes de matière plastique  peuvent aussi engendrer des brûlures.
  • Risques de chocs électriques et d’incendie, de brûlures  thermiques: la fonte du plastique au moyen d’un laser  ou de la chaleur demande beaucoup d’énergie électrique et de chaleur.
  • les chocs thermiques menant à des déformations des pièces par le phénomène warping (décollement des bords)
  • les températures de l’air très élevées causent des malaises dus à des troubles circulatoires et à la déshydratation.

Les risques d’explosions et d’incendies

Les ateliers des technologies de la fabrication additive sont confrontés à un risque potentiel d’explosion des poussières de matières plastiques et d’inflammation des solvants ou des poudres métalliques comme le titane.

Les décharges électrostatiques dans les zones de travail ainsi que les sources de chaleur nombreuses causent de redoutables incendies.

Les risques d’incendie-explosion peuvent être présents dans le cas de concentrations de styrène dans l’air arrivant aux limites d’explosivité. Le stockage des résines dans des espaces fermés et mal ventilés dans des sacs endommagés peut causer l’accumulation de vapeurs inflammables.

L’augmentation de la température incontrôlée de la buse après une défaillance de la thermistance et les courts-circuits électriques d’une installation défectueuse peuvent mener à un départ d’incendie.

Les risques physiques des impressions 3D

Ces risques sont dus au ponçage, l’ébavurage, sablage… après les traitements éventuels des produits ainsi que des troubles musculo-squelettiques associés au  poste de travail.

Conclusion

Ces risques thermiques, chimiques, physiques, électriques de l’utilisation des imprimantes 3D dans les  ateliers de fabrication numérique  peuvent être maîtrisés si on utilise des équipements et des machines et en  présence de protection incendie et d’une installation électrique conformes aux normes, une ventilation efficace, la captation de poussières  et de gaz au près de leur point d’émission, et par le respect des exigences nécessaires de sécurité comme l’hygiène des locaux, de formation des opérateurs et de protection individuelle.