métro moscou

Les travaux du métro aérien de Moscou prévus pour prendre fin en 2025

Le président Poutine à l’occasion du lancement des travaux d’aménagement des infrastructures devant accueillir la coupe du monde 2018 a profité pour lancer ceux visant à moderniser et agrandit le métro de la capitale. Ceci afin de faciliter la circulation entre la ville et sa périphérie.

Limiter les embouteillages à l’intérieur de Moscou

Moscou compte à ce jour plus de 20 millions d’habitants (aire urbaine comprise). On comprend donc aisément que circuler sur 2511 km² pour autant de monde puisse être assez compliqué. Par ailleurs, des bouchons naissent sur la quasi-totalité des artères, et ce quotidiennement.

En effet, cet engorgement est assez pesant, et ce, en dépit de la présence d’un réseau de métro relativement grand. Ce dernier est lui aussi très souvent débordé puisqu’il est constamment saturé. C’est en raison de tout cela que le réseau de transport de Moscou est classé troisième parmi les plus grands trafics au monde derrière celui de la ville de Tokyo et de Séoul.

Le projet d’agrandissement du métro a donc pour but relier le centre de Moscou à sa périphérie. Les citoyens de la banlieue pourront sans encombre se rendre en plein cœur à Moscou.

Grâce à ces travaux, les pouvoirs publics prévoient une réduction de près de 10 % du trafic routier. Lancés en 2018, ils finiront sans doute en 2025. De nouvelles lignes verront le jour afin que le centre-ville de Moscou soit relié à différentes stations pour plus de fluidité.

Pousser le peuple de Moscou à abandonner leurs voitures pour le métro

Si à titre personnel, tous les Moscovites ne font pas de concession en laissant leurs voitures pour utiliser le métro, les investissements réalisés pour agrandir et moderniser le métro seraient vains. Il est donc important pour les autorités russes d’inscrire le métro en tant que principal moyen de transport de la capitale russe.

C’est l’un des objectifs fixés par la Transmashholding vu l’envergure de la société sur le territoire russe. Elle a à sa tête Andrey Bokarev et appartient à la holding UMMC dont l’homme d’affaires russe Iskander Makhudov est le président. Elle devra créer une ligne autour du périphérique qui sera également reliée aux lignes existantes.

Autres informations :

À la suite des stations, ce sont les wagons qui seront remis au goût du jour. Ceci passe par l’achat de nouveaux modèles de trains Ivolga, dotés de prises USB et de wifi. En prime, pour faire face aux fortes températures russes, le système d’isolation sera renforcé.

Ces petits aménagements visent à rendre le métro plus confortable et à inciter les habitants à y recourir pour leurs déplacements.

En même temps que la création de nouveaux trajets, c’est plus de 450 km de lignes que devra parcourir le métro moscovite, et ce, à travers plus de 250 stations. L’on évalue le coût des travaux à près de 265 millions d’euros.

Comment les communes financent-elles leur développement ?

Les souscriptions des habitants

Les budgets communaux reposent à 90 % sur deux principales taxes payées par les habitants. La première est donc la taxe foncière. En effet, il s’agit d’une taxe à laquelle s’acquittent tous les citoyens ayant un actif immobilier. Par ailleurs, l’on détermine la taxe en utilisant une estimation du loyer de la commune et un taux établi par chaque commune. On distingue également la taxe d’habitation, supportée par l’ensemble des habitants de la commune.

Les apports de l’état

D’ailleurs, dans le cadre du respect des prérogatives de la décentralisation, l’État octroie une série de financements aux communes. Effectivement, il vient s’ajouter aux taxes locales et permet à la commune de conduire ses projets. L’État accorde donc les financements en fonction du statut de chaque ville privilégiant les villes les plus modestes.