Qui peut prétendre à l’habilitation électrique

L’habilitation électrique des salariés obligatoire dans les entreprises. Cependant, une entreprise peut être amenée à faire appel à des personnes externes, des travailleurs indépendants ou prendre en charge un apprenti pour la réalisation des opérations d’ordre électrique. Il est donc important de comprendre le processus d’habilitation pour les différents contrats existants. Vous trouverez ci-dessous les conditions à respecter, répertoriées en fonction des cas particuliers possibles en entreprise, afin de délivrer une habilitation.

Travailleurs intérimaires

Quand une entreprise de travail temporaire met à disposition une main d’œuvre qualifiée, c’est l’entreprise utilisatrice qui doit être sûre que le travailleur a suivi une formation à l’exécution des opérations. Si elle estime pouvoir lui apporter davantage de connaissances pour la bonne réalisation de ses missions, elle peut compléter la formation avant de délivrer l’habilitation. 

Obtenir une habilitation électrique est aussi un processus administratif. L’employeur qui embauche un travailleur intérimaire doit remplir une fiche de demande de mission qui comprend :

  • les caractéristiques du poste,
  • les qualifications professionnelles nécessaires,
  • les symboles d’habilitation requis pour le poste,
  • les équipements de protection individuelle essentielle.

L’entreprise de travail temporaire est redevable aussi de fournir à l’entreprise utilisatrice tous les renseignements qui concernent le travailleur indépendant – formations, opérations déjà effectuées, habilitation obtenues…

Avant la délivrance de l’habilitation, l’entreprise utilisatrice doit vérifier les connaissances du travailleur indépendant, l’accueillir et poursuivre la formation en cas de nécessité. Enfin, elle devra s’assurer que l’intérimaire dispose du carnet de prescription basé sur la NF C18-510. 

Les deux entreprises vont signer ensuite un contrat pour valider la mise à disposition de l’intérimaire. L’habilitation délivrée est seulement valable pendant la réalisation de la mission du travailleur indépendant.

Travailleurs indépendants et employeurs

L’auto-habilitation n’est pas permise pour les employeurs et les travailleurs indépendants. Pour être agréé aux travaux d’ordres électriques, ils doivent donc demander une attestation de formation comportant :

  • Les symboles requis pour les opérations électriques à réaliser
  • Le résultat des évaluations théoriques et pratiques

Entreprises extérieures

Les organisations extérieures qui réalisent des opérations dans des entreprises utilisatrices sont responsables de l’habilitation de leur personnel. Toutefois, les entreprises utilisatrices vont s’assurer que :

  • Les entreprises extérieures soient bien inscrites comme entreprise des travaux électriques,
  • Les salariés qui sont en charge d’opérations d’ordre électrique disposent d’une habilitation adaptée.
  • Les deux entreprises doivent également se concerter pour lister tous les dangers auxquels sont exposés les travailleurs pour établir ensuite un plan de prévention adapté aux travaux à risque.

Apprentis et stagiaires

Les apprentis et les stagiaires sont au même pied d’égalité que les autres travailleurs de l’entreprise. Ils sont donc soumis aux règles d’hygiène et de sécurité et suivront de ce fait une formation sur les mesures de prévention du risque électrique.

Après vérification des aptitudes médicales et les formations de sécurité, l’employeur va délivrer une habilitation aux apprentis et stagiaires confrontés à des dangers électriques. Celle-ci doit être adaptée aux opérations effectuées dans leur poste.

En revanche, les stagiaires devront suivre une formation renforcée sur la sécurité si leurs missions présentent un des risques présent dans la liste établie par l’employeur après avis du médecin.

Elèves en cours de formation dans un établissement d’enseignement

Les établissements scolaires dans la spécialité électrique mettent en place, pour leurs élèves, des formations sur la prévention des risques adaptées aux différentes situations de travail. Ces apprentissages vont leur permettre de s’adapter plus facilement lorsqu’ils intègreront un post chez un futur employeur. 

Les écoles d’enseignement technique et professionnel sont obligées de respecter les règles d’hygiène et de sécurité destinés à l’utilisation des lieux de travail et surtout les installations électriques. Ainsi, chaque établissement est tenu de respecter les règles de prévention du risque électrique et les interdictions concernant les jeunes de moins de 18 ans.

Jeunes de moins de 18 ans

Les jeunes âgés entre 15 et moins de 18 ans profitent des mesures particulières de protection dans l’entreprise qui les emploie. Aussi, certains travaux leur sont interdits comme l’exécution des opérations sous tensions ou l’accès aux locaux, présentant des risques de contact avec des pièces nues sous tensions, sans surveillance.

Cependant, les jeunes disposants d’une habilitation sont autorisés à réaliser des opérations d’ordre électrique ou non électrique au voisinage de ces installations. Les habilitations concernées sont uniquement les B1, H1 et B1V.

Bénévoles dans une association

Les bénévoles ne sont soumises à aucun lien de subordination. Aussi, aucun contrat de travail ne leur est administré. Cependant, ils sont exposés aux mêmes risques que les salariés internes à l’entreprise. Il est donc fortement conseillé que les associations mettent en place des mesures de prévention adaptées aux dangers qu’ils peuvent rencontrer dans leur poste.

L’habilitation électrique  est obligatoire pour les personnes réalisant des tâches au contact de risques électriques. Cependant, tous les processus pour délivrer une habilitation ne sont pas identiques en fonction du statut professionnel d’une personne. Il est donc primordial de se renseigner sur les personnes autorisées à obtenir une habilitation et qui doit le lui délivrer.

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *