Le rôle des ressources humaines dans l’entreprise

Au quotidien, que nous soyons au travail ou non, nous sommes confrontés à des situations stressantes, des moments qui nous inquiètent et nous angoissent. Nous savons tous comment les reconnaître et les gérer au mieux, mais lorsque le stress devient continu et exagéré, il peut conduire à une symptomatologie physique et psychologique qui conditionne notre vie personnelle et professionnelle.

On parle de stress lié au travail lorsque les situations qui le provoquent sont spécifiques à l’environnement de travail : une charge excessive d’activités, un environnement inégal, accueillant et stimulant, des relations difficiles avec les collègues et la direction… La poursuite de ces circonstances ne peut qu’avoir des effets négatifs sur l’individu, l’équipe et l’entreprise, provoquant des attitudes négatives, une baisse des performances, des tensions et des phénomènes d’absentéisme.

Étant la deuxième maladie professionnelle la plus courante en Europe, juste derrière les maux de dos, l’évaluation du stress lié au travail est une obligation réglementaire qui fait partie du document d’évaluation des risques pour la sécurité des entreprises.

Les nombres

En Europe, un travailleur sur quatre, souffre de stress lié au travail ; les femmes sont plus touchées, mais pour les deux sexes, le stress peut être un problème dans tous les secteurs et à tous les niveaux de l’organisation.

Une enquête de 2014, nous indique que 25 % des travailleurs européens pensent qu’ils souffrent de stress lié à leur travail et que cela représente un risque pour la santé. Les coûts liés à des problèmes de ce type et qui sont donc imputables au stress au travail, s’élèvent à environ 265 milliards d’euros par an, soit environ 3-4% du PIB.

Bien qu’au cours des dernières années, certains facteurs de risque aient diminué, tels que les heures de travail excessivement longues, les tâches répétitives et aliénantes, ce qui s’est produit est une plus grande insécurité de l’emploi et une irrégularité des heures de travail.

D’après la même enquête citée précédemment, il apparaît que la direction de l’entreprise est dans la plupart des cas consciente de ces dangers, avec 80 % des cadres interrogés préoccupés par les problèmes liés au stress au travail et au rythme de travail pressant.

Le rôle des RH

Très souvent, ceux qui se plaignent de pathologies liées à une surcharge de travail, pointent du doigt le style managérial adopté dans l’entreprise : des managers et des managers qui exigent le maximum de leurs collaborateurs, parfois même au-delà de ce qui est durable, mais sans offrir leur accompagnement et leurs perspectives. Stimulants de croissance. Mais la responsabilité ne peut pas être entièrement attribuée à la direction de l’entreprise : il existe un écart excessivement grand entre ce que les entreprises attendent des dirigeants et la formation qui leur est dispensée pour donner le meilleur de leur fonction.

Les professionnels des RH jouent un rôle fondamental en veillant à ce que le bien-être et la santé soient pris au sérieux sur le lieu de travail et qu’un travail soit effectué quotidiennement pour les mettre en œuvre efficacement.

Que peuvent faire les ressources humaines dans la pratique pour réduire les niveaux de stress et créer une culture de bien-être dans laquelle les employés peuvent grandir en paix ?

Comprendre les causes

Les raisons du stress au travail varient d’une organisation à l’autre et d’une personne à l’autre : mauvaise communication, employés qui se sentent pris en compte, objectifs inaccessibles, surcharge d’activités, manque d’outils adéquats …

Comprendre les causes profondes du problème est la première étape pour le résoudre : des entretiens individuels avec des employés, des enquêtes entre équipes, des groupes de discussion peuvent vous aider à obtenir une image complète de la situation, que ce soit un problème pour l’ensemble de l’entreprise ou seulement pour certains départements. À partir de là, les ressources humaines peuvent commencer à réfléchir aux mesures à prendre pour réparer les choses.

Il arrive parfois que toutes ces bonnes pratiques soient mises en place, mais la phase suivante d’analyse et de compréhension des informations collectées manque. En ce sens, la technologie nous aide, ce qui simplifie la rationalisation des données, tout en nous offrant un espace centralisé dans lequel les stocker et des outils pour les analyser à travers des rapports et des statistiques. La communication et le partage peuvent également être rendus plus fluides par l’utilisation d’un logiciel de gestion des ressources humaines qui a déjà intégré un portail social au sein duquel partager des documents, des idées et travailler ensemble.

Impliquer la direction

Une fois le problème compris, les stratégies de résolution doivent être discutées en impliquant tous ceux qui peuvent jouer un rôle, parmi lequel la direction de l’entreprise se démarque. Les RH doivent montrer clairement à quel point cette question doit être prise au sérieux et à quel point le travail quotidien de chacun est important pour créer un environnement dédié au bien-être.

Notreentreprise ingénierie logicielle offre un logiciel qui assure  une bonne gestion du personnel.

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *